Togo: les manifestations du FRAC s’essoufflent

Dix sept semaines après la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du 4 mars 2010, le candidat malheureux du FRAC et de l’Union des forces de Changement (UFC), Jean Pierre Fabre et ses sympathisants continuent de battre le pavé chaque samedi pour contester la réélection de Faure Gnassingbé. Si du côté de Jean Pierre Fabre, la crainte de s’attirer la foudre des inconditionnels activistes le contraint à poursuivre les marches, tel n’est pas le cas de nombreux sympathisants qui, au fur et à mesure que les semaines se succèdent, désertent en grand nombre les rangs des manifestants. C’est encore le cas ce samedi où, à peine quelques centaines de personnes ont répondu présents à la marche hebdomadaire du FRAC. Selon l’entourage de Fabre, l’envie de mettre fin à ces manifestations qu’on sait sans issue est grande.

Jean Pierre Fabre lui-même ne le cache pas ces derniers temps. En effet, lors des meetings à la plage de Lomé, il ne cesse d’exprimer le vœu de voir le Président Faure le convier à une négociation. Apparemment, c’est la seule issue qu’il lui reste pour capituler la tête haute, c’est-à-dire sans s’attirer la colère et la foudre de ses sympathisants à qui il a donné de faux espoirs. En tout cas, sa crédibilité et son avenir politique en dépendent.
Et pourtant, tout porte à croire que le RPT n’est pas prêt à lui tendre cette main salvatrice qu’il espère de tous ses vœux. De sources proches du pouvoir, l’accord intervenu entre le RPT et l’UFC est l’ultime sacrifice que le pouvoir pouvait se permettre et point n’est besoin de se livrer à un second marchandage avec un « marginal », fut-il candidat à la présidentielle dernière.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *